A Laâyoune, les terrasses en mode déconfinement

A Laâyoune, les terrasses en mode déconfinement

Rédigé le 27/06/2020
MAP - Mohammed BOUHJAR


Laâyoune - La vie a recommencé dès jeudi à palpiter dans les terrasses de Laâyoune où les clients s'adonnent de nouveau aux plaisirs de la table après la réouverture des cafés et restaurants, une des mesures les plus emblématiques de la deuxième phase du déconfinement décidée par le gouvernement.

Privés de s'attabler pour prendre un petit noir, un verre de thé sahraoui ou encore partager un bon tajin dans son restaurant préféré ces trois derniers mois, les habitants de la capitale du Sahara marocain ont enfin réinvesti ces endroits incontournables de la vie sociale.

Il n'est pas encore 8H30 du matin, mais Abdelillah se délecte déjà de son espresso dans un petit café qu’il connaît bien à l’avenue Mohammed VI, une habitude interrompue par le confinement.

"Je suis aux anges. Boire un café en terrasse est l’un de ces petits plaisirs quotidiens qui ont été mis entre parenthèses pendant trois mois à cause du coronavirus", a confié à la MAP ce comptable de profession à la quarantaine.

Verre de thé à la main, son collègue Jalal n’aurait aussi raté ce moment pour rien au monde. "Je suis vraiment très ravi de pouvoir à nouveau renouer avec certaines de mes habitudes d’avant-confinement et retrouver un peu de vie normale", a-t-il lancé, journal sous le coude.

Si cette réouverture a illuminé les visages d’Abdelillah, Jalal et d’autres habitués des cafés, elle se déroule, bien entendu, sous certaines conditions liées aux nouveaux rituels sanitaires du coronavirus. 

Le plan gouvernemental d’allégement progressif du confinement autorise les cafés et restaurants à fournir leurs services sur place, mais sans dépasser 50% de leur capacité d'accueil et en assurant la distanciation physique, les règles d’hygiène et l'obligation du port du masque pour les clients et le personnel.

"Je pense que nos clients sont conscients de ces consignes. De notre côté, nous veillons à nettoyer et désinfecter les tables, qui sont suffisamment espacées, à chaque fois qu’un client quitte les lieux", a assuré Soufiane, gérant d’un café non loin de la Place Oum Saâd.

Les mêmes scènes ont pu être observées dans les restaurants. Depuis jeudi après-midi, Imad et Ilyas peuvent déguster une pizza ou une friture de poisson à l’extérieur de leur restaurant préféré près de la célèbre Place Dcheira.

Attablés sur une terrasse, les deux jeunes amis et le propriétaire savourent ces retrouvailles. "Finie la livraison des repas à domicile ou au travail", se plaisante Ilyas devant son plat, sous les regards amusés d’Abdelkader, patron de cet endroit très prisé par les fonctionnaires et salariés des entreprises du centre-ville. 

"S’il est vrai que la plupart des restaurants et cafés ont rouvert leurs portes depuis le 29 mai, c’était uniquement pour le service prêt à emporter et la livraison à domicile", a indiqué Abdelkader qui ne cache pas son enthousiasme de pouvoir accueillir à nouveau son clientèle sur place.

Derrière son masque de protection, ce restaurateur à la cinquantaine propose aux clients de laver leurs mains avec du gel désinfectant mis à leur disposition à l’entrée de cet endroit, alors que la nouvelle réglementation en vigueur est déjà collée sur les vitres.

Ici aussi, les exigences du protocole sanitaire strict annoncé par les pouvoirs publics sont prises en compte. Les restaurateurs doivent s'assurer de la propreté des lieux et des outils de travail et veiller à une ventilation adéquate de leurs établissements et à fournir des gels hydro-alcooliques et des masques de protection pour le personnel.

Et si l’euphorie de la reprise des activités des cafés et restos augure un retour à la vie normale (ou presque), la prudence reste toujours de mise, car la maladie n’a pas encore dit son dernier mot.